Faut-il investir dans les ETF (Exchange Traded Funds) ?

définition ETF

Les ETF ou “Exchange Traded Funds” sont des placements de plus en plus populaires auprès des investisseurs. Ils restent pourtant encore assez méconnus du grand public plus attirés par les portefeuilles d’actions classiques ou les cryptomonnaies. Pourtant, investir dans les ETF peut devenir une belle opportunité pour diversifier un portefeuille d’actions ou vous positionner sur l’indice boursier d’un secteur ou d’une zone géographique. En effet, le cours d’un ETF (Exchange Traded Funds) suit fidèlement le cours d’un indice boursier, à la hausse comme à la baisse. On vous explique cela en détail dans cet article dédié aux Exchange Traded Funds (ETF)

Définition ETF : un fonds indiciel basé sur le marché

Les ETF parfois nommés trackers ETF entrent dans la catégorie des placements financiers soumis au contrôle de l’instance de régulation, l’AMF (Autorité des Marchés Financiers). Bien que méconnu des épargnants, la définition d’un ETF est simple. Il s’agit, en effet, d’un fonds coté en bourse suivant fidèlement les variations d’un indice boursier (comme le CAC 40) ou d’un indice obligataire (OPCVM d’obligations d’Etat) ou encore d’un indice sectoriel, comme l’eau pour le tracker Lyxor MSCI Water. 

Chaque portefeuille ETF représente une multitude de parts acquises dans diverses entreprises en fonction d’un secteur ou d’un contexte donné. C’est à partir de cet indice qu’évolue l’ETF, en fonction de la performance du marché. 

Deux grands types d’ETF

Pour remplir son objectif, l’ETF doit suivre le plus fidèlement possible l’indice auquel il est adossé. L’erreur de suivi, “tracking-error”, doit donc être limitée. Aussi, afin de coller à l’indice, les gestionnaires de ces fonds utilisent 2 méthodes :

  • Les ETF à duplication physique, le fonds est alors géré de manière traditionnelle avec détention des obligations ou des actions par le gestionnaire.
  • Les ETF à réplication synthétique, l’investissement se fait dans des actifs divers (le collatéral). Ces actifs sont abrités dans un contrat type SWAP reproduisant la performance de l’indice boursier. Cette acquisition semi-automatisée des actifs donne parfois une mauvaise presse à la méthode SWAP. 

A noter qu’il existe plusieurs autres nuances dans le monde des ETF. Les investisseurs aguerris (et professionnels) se positionnent aussi sur les “ETF dits à levier”. Ces derniers répercutent les variations de l’indice de manière plus importante. Ces EFT à risque sont réservés aux investisseurs professionnels en raison de leur complexité. 

Les ETF : Avantages et risques d’un investissement financier complexe

Utilité et avantages des ETF

Les trackers ETF sont un moyen simple et efficace d’investir en bourse. Ils s’achètent, en effet, comme des actions. Mais du fait de leur gestion passive (arbitrage très faible), les frais de gestion sont réduits. De plus, leur cotation en continu offre la possibilité d’effectuer des transactions tout au long de la séance boursière. Enfin, les EFT sont diversifiées, puisqu’ils suivent l’évolution d’un marché. Ils sont donc moins risqués et l’investisseur ne subit pas les défaillances d’une entreprise isolée.

A savoir : les investisseurs en ETF bénéficient des mêmes règles protectrices que les souscripteurs de FCP (Fonds Commun de Placement) ou de SICAV.

Risque des ETF

D’une manière générale, il faut savoir que le risque des EFT est moins élevé que celui des actions. Il peut être encore minimisé en sélectionnant le cours auquel le fond est adossé. En effet, un EFT avec des petites actions d’un pays en développement engendre un risque de pertes plus important qu’un EFT suivant les actions de grandes entreprises européennes.

Par ailleurs, un fonds EFT peut faire partiellement faillite mais cette probabilité n’est pas plus élevée que pour un fonds classique. Un autre risque est la décorrélation par rapport à l’indice de référence. Cependant, les EFT à fort encours suivant un indice classique sont peu concernés.

Conseil aux particuliers investisseurs : le marché boursier peut se montrer volatil à court et moyen terme. Mais sur le long terme, les performances sont toujours au rendez-vous. L’épargne de précaution ne doit donc pas être placée sur ce support.

Placements envisageables avec les ETF

Un ETF peut être logé dans un compte-titre, dans un PEA ou encore dans une assurance-vie.

  • Le Compte-Titre Ordinaire (CTO) est ouvert auprès d’une banque ou un établissement financier assimilé. Il est adossé à un compte en espèces associé. Il est destiné à abriter différents actifs financiers, dont des fonds d’investissements classiques (FCP ou SICAV) et des trackers etf.
  • Le PEA (Plan d’Epargne en Actions) reçoit, comme son nom l’indique, les investissements en actions et fonds d’actions européennes avec une fiscalité allégée ( 17,2% au lieu de 30% pour un compte-titre ordinaire). Parmi les meilleurs ETF PEA figure celui du courtier Yomoni (entre 7 et 18% de rendement en 2019 avec 1,6% de frais de gestion par an).
Vidéo explicative des ETF (définition et fonctionnement)

Enfin, investir en trackers en assurance-vie permet de ne pas payer d’impôt sur le revenu après 8 ans. Mais des frais de gestion de l’ordre de 0,60% par an sont à régler sur les unités de compte. Acheter des parts d’ETF est idéal pour les épargnants souhaitant investir en bourse, dans un cadre sécurisé et transparent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *