Quelles sont les démarches à faire pour devenir autoentrepreneur

démarche pour devenir auto entrepreneur

Êtes-vous familier avec les avantages, les règles et les limites qui caractérisent  l’autoentreprise ? Souhaitez-vous démarrer votre propre micro-entreprise. SI c’est le cas, voici quelques éléments d’information afin de devenir auto entrepreneur dans de bonnes conditions. Démarches pour monter son auto-entreprise et conseils pratiques.

Pourquoi tout le monde veut devenir auto entrepreneur ?

Devenir auto entrepreneur présente une foule d’avantages qu’il convient de ne pas négliger.

  • Il est possible de cumuler son statut de micro-entrepreneur avec une position de salarié dans une entreprise du privé, ou bien poste dans la fonction publique.
  • Vous pouvez compléter donc vos revenus en exerçant une activité en parallèle de son métier principal.
  • C’est aussi l’opportunité de démarrer une reconversion professionnelle, ou bien de faire comme de nombreux créateurs d’entreprise tout en limitant les risques, et sans se couper d’une source principale de revenus.
  • L’auto-entreprise est une statut social exempté de TVA. Il n’a pas à la reporter sur le prix de ses produits ou de ses services. Il bénéficie d’un avantage compétitif important sur les concurrents de son marché.

Flexibilité, simplicité de gestion et de création sont les maîtres mots en matière de micro-entreprise. C’est pourquoi ce statut séduit de nombreux actifs au sein de l’Hexagone, et ce depuis sa création.

Quelle est la procédure pour monter une auto-entreprise ?

Pour devenir auto entrepreneur, il n’est pas nécessaire de se déplacer. Il suffit de faire appel aux services d’une société spécialisée ou bien de se rendre sur le portail des auto-entrepreneurs afin de remplir un formulaire en ligne comportant des informations sur votre identité

  • nom et prénom
  • vos coordonnées  : numéro de téléphone, adresse mail et physique
  • le type d’activité que vous envisagez d’entreprendre : c’est la nature de l’auto-entreprise qui lui permettra d’être affectée au CFE (centre de formalité des entreprises) adapté.

Portail officiel pour créer son statut : https://www.autoentrepreneur.urssaf.fr/portail/accueil.html

Une fois ces démarches effectuées, vous recevrez un numéro de SIRET qui vous autorisera dès lors à facturer vos produits ou vos services.

Mon activité ne marche pas : puis-je arrêter ?

Il est par ailleurs tout aussi aisé de mettre fin à une micro-entreprise. Tout ce que le micro-entrepreneur a à faire, c’est de remplir le CERFA P2-P4 de déclaration la cession de la micro-entreprise.  Il devra également profiter de ce passage obligatoire pour réaliser sa dernière déclaration de chiffre d’affaires en vue de régler ses cotisations restantes.

Attention : si vous n’aimez pas la comptabilité, il peut être nécessaire de se faire accompagner par un expert pour bien comprendre les subtilités du statut. L’URSAAF est une vraie usine à gaz et vous compliquera la vie. Sans une formation solide, vous risquez d’avoir quelques crises de paniques

L’autoentreprise est un statut social idéal pour tester son idée

L’auto-entreprise est pensée pour une gestion facile. Facile à mettre en place et facile à gérer. Ce “nouveau” statut est une réponse du gouvernement Sarkozy afin de donner davantage de dynamisme aux créateurs d’entreprises (2009).

Avec la création de ce type de structure, viennent également un certain nombre de règles allégées en comparaison d’autres entreprises telles que l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée).

Si vous n’êtes pas familier avec le régime, le site Entreprise-et-compagnie.fr va vous donner des informations à propos de la création d’entreprise.

Quelles sont les principales règles à suivre pour être micro-entrepreneur ?

Dans cet esprit de flexibilité, le fait de devenir auto entrepreneur s’accompagne de règles légères, qui facilitent considérablement la gestion, l’administration et la fiscalité de cette structure :

  • Il est obligatoire de conserver l’intégralité des factures et des devis générés dans le cadre de l’activité, et ce jusqu’à 10 ans après la fin de l’auto-entreprise. Ceci afin de pouvoir servir de preuve juridique en cas de contrôle fiscal ou bien de litige.
  • Les micro-entrepreneurs doivent par ailleurs tenir à jour un cahier de recettes, en guise de comptabilité. Ils doivent aussi tenir à jour un carnet d’achats dans le cas où ils seraient amenés à en réaliser dans le cadre de leur activité.
  • Un micro-entrepreneur a l’obligation de déclarer régulièrement son chiffre d’affaires, soit tous les mois soit tous les trois mois, afin que puissent être calculées ses cotisations sociales et fiscales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *